À Crémieu, quelle place pour l’opposition ?

[DÉC 2014]

Opposition.jpg

Par le jeu de la prime majoritaire, le nombre de conseillers d’opposition à Crémieu n’est que de 4 sur 23 (17%), alors qu’ils représentent 40% des suffrages. Leur poids dans les délibérations est donc faible. Néanmoins, ils souhaitent pratiquer le débat, la contradiction, le vote en connaissance de cause après exposé des faits et réflexions.
Les élus de l’opposition crémolane sont des lanceurs d’alertes; ils exercent leur fonction de représentants des citoyens avec leur libre parole, et leur libre arbitre, car ils n’appartiennent à aucun parti et sont en dehors des appareils institutionnels. Ils sont en cela semblables à quantité d’autres groupes citoyens en France, engagés dans des missions de défense de l’intérêt général.

Ils sont convaincus que la mobilisation des citoyens constitue un enjeu politique majeur des sociétés démocratiques. Cette seule mobilisation peut apporter à chaque citoyen les moyens de comprendre les évolutions de la société, de se forger une opinion critique et de devenir acteur du changement.

Face à la complexité et à la confiscation des mécanismes de prise de décisions de nos sociétés, au prêt-à-penser, à la monopolisation du discours par des spécialistes des espaces politiques ou médiatiques, de nombreux groupes citoyens se mobilisent. Le réveil de notre démocratie passe assurément par le débat public.
C’est dans cette mouvance que de plus en plus de personnes rejoignent les associations citoyennes et prennent le temps de s’investir dans la gestion de leur ville. Pour permettre aux citoyens d’acquérir, mais aussi de construire des outils et des connaissances pour mieux comprendre ces mécanismes et les enjeux dont ils sont porteurs.
De l’intérieur de la mairie, les élus de l’opposition tentent de favoriser l’élaboration de points de vue critiques et de propositions alternatives, de faire entrer plus de participation des citoyens en amont des processus décisionnaires.