À l’assaut des remparts !

[SEPT 2017]

assault des remparts.jpg

Il n’est pas inutile de rappeler que l’identité de Crémieu s’appuie sur son riche passé médiéval. Passé tumultueux d’une cité située aux contacts de nombreux conflits locaux ce qui l’a conduit à ériger un important dispositif de défense. Les remparts de Crémieu, encore longs aujourd’hui de plus de deux kilomètres, représentent un impressionnant témoignage de l’art militaire médiéval. Ce précieux patrimoine, exceptionnel dans la région, mérite non seulement curiosité mais surtout une prise en compte collective de sa conservation.
Si aujourd’hui notre cité n’est plus sujette aux assauts guerriers d’agresseurs extérieurs, ses fortifications connaissent d’autres formes d’agression : l’invasion du végétal. Mauvaises herbes, arbustes, lierres et autres racines téméraires attaquent frontalement les fondements mêmes de nos remparts. Certains pans de murs disparaissent sous l’expansion de la nature sauvage, d’autres voient l’assemblage de leurs pierres fragilisé par ce puissant ennemi vert. Faute d’entretien, certaines zones sont en péril. L’association ARRC (association pour la restauration des remparts de Crémieu) combat l’agression végétale autant sur la colline Saint-Hippolyte que sur divers points de la fortification, mais sa lutte ne suffit pas à contenir l’assaillant sur l’imposante muraille ! Certains tronçons de celle-ci se situent sur des propriétés privées et leurs propriétaires sont aussi invités à mener des actions de résistance face à la montée belliqueuses des lierres invasifs, des arbres non désirés et des racines sournoises.