Murs Murs #26

[NOV 2021]

image.jpeg

Crémieu bientôt ville 30 ?

EDITO
Quelle agréable surprise de découvrir des panneaux Zone 30 qui font entrer Crémieu de plain-pied dans le monde de la circulation apaisée ! Qu’il s’agisse d’une mesure environnementale ou d’une volonté de partager enfin les voies de circulation, nous nous réjouissons d’entrer dans une ville qui pense aux piétons et cyclistes. Si cette mesure venait à se généraliser à l’ensemble des zones résidentielles, Crémieu ferait partie des « villes 30 » et rejoindrait les 15 % des villes adoptants précoces.
L’idée n’est pas nouvelle, Graz en Autriche est la première ville européenne à instaurer le 30 km/h dès 1992 ! Récemment, Paris a franchi le pas mais avant il y a eu Chambéry, Annecy, Grenoble ainsi que de petits villages comme Jujurieux (01) et bientôt Lyon et Toulouse.

Qualité de l’air, nuisances sonores réduites et sérénité retrouvée .....
Le programme de l’État, « Ville plus sûre, quartier sans accidents » a fait la preuve de l’influence de la vitesse sur l’accidentologie, notamment aux abords des écoles et zones de commerces. Lors d’un choc avec un piéton ou un cycliste à 50 km/h, le risque de décès est multiplié par 9 par rapport à un choc à 30 km/h !
D’un point de vue environnemental, une étude du CEREMA démontre que même si à 30 un véhicule pollue un peu plus qu’à 50, en pratique ce qui pollue, ce sont les freinages suivis d’accélérations. L’objectif des zones 30 est d’arriver à une vitesse plus homogène.
Qualité de l’air, nuisances sonores réduites et sérénité retrouvée font que cette mesure est particulièrement adaptée à Crémieu, commune animée par ses nombreux commerces, restaurants et manifestations qui drainent une large population limitrophe.
Telle l’hirondelle qui ne fait pas le printemps, le panneau ne fait cependant pas la mesure, celle-ci doit être accompagnée d’aménagements, qui incitent les usagers à lever le pied, tels que des marquages au sol, des mobiliers légers, ainsi que le rétablissement des priorités à droite, en suivant des modèles qui ont fait leur preuve.
Ouf ! pas besoin de casser à nouveau le cours du Baron Raverat.

À l’aube de la fin des travaux, gageons que la Zone 30 soit accompagnée d’une vraie politique de communication et de sensibilisation du partage des espaces publics et que piétons, cyclistes et véhicules soient réconciliés. Et que les trottoirs, passages piétons et bandes cyclables ne soient plus des zones de stationnement, même de courte durée !