La construction de gradins non autorisés stoppée

Dauphiné Libéré - des gradins non autorisés.jpg

Dauphine libéré du 28/08/2015

DES GRADINS NON AUTORISES DANS LA CITE MEDIEVALE 
Crémieu, ses remparts, sa colline Saint Hypolyte… Le pré Minssieux offre à la sortie de la ville une vue imprenable et bucolique sur une partie du patrimoine de la cité Médiévale. C’est d’ailleurs  sur cette parcelle appartenant à la commune que se tient chaque année l’un des spectacles phare des médiévales, manifestation qui réunit chaque année sur un WE de septembre 40 000 personnes.
Mais depuis cet été la carte postale est quelque peu écornée. La municipalité a fait réaliser au printemps par ses services techniques un gradin en béton sur la partie haute du pré Minssieux, afin de mieux accueillir les spectateurs des médiévales, mais pas seulement (lire par ailleurs). Une seconde rangée est commencée .
Du béton dans cet écrin de verdure, voilà qui n’était pas du gout de tout le Monde. L’association Les Amis des Citoyens pour  Crémieu (ACpC) a pris l’affaire à bras le corps. L’association avait déjà eu du mal à accepter la présence de tavernes en bois construites pour les médiévales et démontées après la manifestation, mais cette fois c’en est trop pour ces militants attachés à leur ville. « Il n’y avait ni panneau d’information, ni  déclaration de travaux, ni plan consultable en mairie. De plus ce chantier se tient sur une zone préservée non constructible. Nous avons demandé des explications à la municipalité, qui sont restées sans réponse » raconte JC Maillard président du collectif de citoyens.
 Fin juin l’association a saisi l’architecte des bâtiments de France et la Direction Régionale des Affaires Culturelles en charge du patrimoine. Suite à l’intervention des services de la DRAC qui a estimé que les travaux étaient  « incompatibles en l’état, tant avec le règlement de la ZPPAUP [zone de Protection du patrimoine architectural Urbain et Paysager] qu’avec celui du PLU [Plan Local d’Urbanisme], compte tenu du classement de la parcelle » (courrier du 18 juillet) la ville a stoppé le chantier.
L’association a donc eu gain de cause, mais se défend de vouloir nuire à l’organisation des Médiévales.  «Les Médiévales sont une réussite, nous sommes très admiratif du travail accompli par les bénévoles. Nous ne cherchons pas la polémique, et au-delà de l’aspect esthétique, nous souhaitons que la règlementation soit appliquée. On ne peut pas faire ce que l’on veut comme on veut. » rappelle le président d’ACpC.
Le chantier est abandonné jusqu’à nouvel ordre. Au sein des bénévoles c’est la consternation, certains voyant dans cette action une manière de saboter la manifestation phare de la commune.
Célia Loubet
 
« LES MEDIEVALES SE TIENDRONT NORMALEMENT »
OUI le terrain est inconstructible, et NON, aucune délibération n’a été votée sur le sujet. Joseph Aslanian adjoint au Maire en charge de l’urbanisme reconnait à demi-mot ce qu’il qualifie « d’oubli » de la part de la municipalité. Mais il y a une explication : « nous avons fait ces travaux dans l’urgence, car un mur s’était écroulé… » Le Maire , Alain Moyne-Bressand, raconte la suite : « beaucoup de gens s’asseyaient sur ce mur. Quand nous l’avons consolidé il est tombé. Nous avons alors décidé de faire des assises en ciment pour la sécurité du public. »
Joseph Aslanian, qui se bat « depuis 40 ans pour la conservation du patrimoine Crémolan », se dit excédé par les agissements  « de quelques Lyonnais et Parisiens fraichement débarqués à Crémieu, et téléguidés par des membres de l’opposition municipale » Le Maire assure que tout va rentrer dans l’ordre. « Les Médiévales se tiendront normalement. »
En attendant, la commune, qui souhaite réaliser une scène de verdure et un jardin d’enfants sur cette parcelle, doit effectuer une étude paysagère et modifier le règlement de la zone, comme convenu avec le préfet de l’Isère.
Cé.L.